Montagnes, canyons et déserts du Nevada

Déserts infinis, hautes montagnes et profonds canyons ; les paysages du Nevada ne cesseront d’étonner par leur beauté et leur singularité.

Loin des néons et de l’étincelante « Capitale du Divertissement », se cache une face véritablement méconnu des foules de touristes. Le territoire se situe sur les terres du désert dans l’ombre au pied des montagnes californiennes de la Sierra Nevada. Elles sont connues, géologiquement sous le nom de “bassin et pays intervalle.” Le paysage du Nevada est ridé par des centaines d’intervalles montagneuses alignées parallèlement du Nord au Sud. Entre ces intervalles sont nichées des milliers de vallées de sol d’argile, de sable ou bien de terrains plats de sel.

Le Silver State est un état tout en contraste. Largement désertique, avec un paysage de Far West parsemé de canyons, grandes vallées arides, villes fantômes et rocailles concassées. Nevada signifie d’ailleurs en espagnol «  le mont couvert de neige ». Il tient ce nom de ses pics montagneux qui percent le ciel.  Vue d’en haut, le Nevada ressemble à un immense désert. Situé majoritairement dans la région du Great Basin (qui couvre 10% des Etats-Unis), l’état est cependant composé d’une plus grande variété de paysages : zone de montagnes, bassins arides et hauts plateaux à la végétation éparse.

Les montagnes sont des piles de roches sèches qui s’élèvent au-dessus des vallées de quelques centaines ou milliers de mètres. Leurs versants sont ornés d’arbustes, herbes cactus, ou encore l’emblématique arbre du Nevada : le Joshua Tree. Seuls les pics et arêtes les plus élevés reçoivent assez d’humidité pour alimenter les arbres ou forêts.

La plupart des villes situées au Nord de Las Vegas culminent à près de 1200-1800m. La température y est plus fraîche et les paysages plus verts que dans la partie Sud de l’Etat. C’est cette diversité qui fait du Silver State le condensé de paysages à couper le souffle et de dissemblance qu’il est.