Basques

 

Au début du XXème siècle, de nombreux Basques venus des Pyrénées et de la Côte Cantabrian du Nord-Ouest de l’Espagne et du Sud-Ouest de la France ont élu domicile dans la partie Ouest des Etats-Unis pour y devenir berger. Beaucoup d’entre eux s’installèrent dans le Nord du Nevada…

L’influence culturelle basque et la diaspora dans le Nevada date initialement et en grande partie de l’époque de la ruée vers l’or, c’est-à-dire avant la division de la guerre civile espagnole.

D’abord travailleurs de mine, les personnes issues de la communauté basque se sont ensuite convertis en bergers de moutons pour vendre la viande aux miniers. Quand l’industrie a diminué, les maisons d’embarquement basque se sont transformées en restaurants. Ainsi, la gastronomie basque s’est ouverte au public.

Nombre d’entre eux ont également ouvert des hôtels dans les zones rurales pour accueillir les bergers, qui avaient passé de longues périodes avec leurs troupeaux dans les montagnes. Des repas copieux y sont servis dans une ambiance familiale et festive. La gastronomie basque y est mise à l’honneur avec au menu: bœuf et agneau, soupes maison, salades, haricots, spaghetti, pain et du vin rouge servi frais. Elko est donc devenu le berceau de la culture Basque, on y trouve toujours de nombreux restaurants tenus par des descendants des immigrants basques.

Les évènements à ne pas manquer…

C’est ainsi que l’Elko Euzkaldunak Club a été fondé en 1959. Ces membres organisent chaque été des pique-niques basques ainsi que des danses sur des musiques traditionnelles. Lors de la célébration du 100ème anniversaire de l’Etat du Nevada en 1964, l’Elko Basque Club a décidé d’organiser un Festival Basque de grande envergure pour commémorer cet événement. Ils invitèrent tous les clubs basques existants à participer et à envoyer des musiciens, des danseurs et des athlètes à Elko pour l’occasion.

Grâce au succès de cet événement et à la position centrale d’Elko par rapport à l’ensemble des communautés basques, Elko est devenu le lieu d’accueil du Festival annuel Basque, car selon la célèbre maxime: « Avant que Dieu soit Dieu, que Boulders soit Boulders, les Basques étaient déjà Basques ».

aside-image logo