Le Pow wow

Le pow-wow, de cérémonis religieuse à célébration culturelle

Rassemblements festifs organisés par les Nord-Amérindiens, les pow-wow étaient à l’origine destinés à célébrer exploits guerriers ou événements chamaniques. Devenus aujourd’hui des manifestations culturelles, ils sont pour beaucoup d’Amérindiens l’occasion de partager leur patrimoine historique, d’entretenir leurs liens et d’honorer leurs racines. Véritables événements sociaux, ils impliquent rencontres, chanson, et la plupart du temps, concours de danse.

L’origine des Pow-wow : Pratiqués depuis un à deux siècles selon les sources, les Pow-wow traditionnels ont deux origines possibles. Pour certains, il s’agirait à la base d’une cérémonie religieuse de la tribu Pawnee qui se réunissait et dansait pour célébrer leurs récents succès. Pour d’autres, il s’agirait d’une tradition venant des Grass Dance, ces rituels pratiqués par les sociétés guerrières de différentes tribus. Au XIXe siècle, avec la répression des danses traditionnelles (vues comme violentes et identitaires) les gouvernements américains et canadiens se sont fermement opposés aux Pow-wow.

Les Pow-wow aujourd’hui : Devenus majoritairement intertribaux, et souvent publics, les Pow-wow sont passés de cérémonies rituelles à regroupements festifs honorant culture et patrimoine amérindiens. Impliquant bien souvent marchés artisans et concours de danse, ils ont d’abord eu lieu dans les réserves, pour peu à peu conquérir l’intégralité des Etats-Unis. Occasions de partager, d’exposer sa fierté, de sociabiliser et plus simplement de faire la fête, les Pow-wow sont aujourd’hui partie intégrante du paysage festif américain. Les événements comportent tout de même des règles précises et se succèdent dans un ordre fixe. Les participants, classés hiérarchiquement, se suivent dans la cérémonie de la Grande Entrée. Une fois tous les danseurs installés dans l’arène, un cercle de danse, les chants d’honneur se succèdent, et un aîné met un terme à la Grande Entrée par une prière.  Les danses s’enchaînant alors, les invités peuvent se joindre aux participants dans les festivités.

Crédit photo © Mickey Cox